FAQ .: Rechercher .: Membres .: Groupes .:  S’enregistrer .:  Profil .: Se connecter pour vérifier ses messages privés .: Connexion 
Capitaine de corvette Roger Barberot.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Commandos et Parachutistes Index du Forum » Histoire de la La 1re Armée Française » Rhin et Danube. » Combattants de la 1ère Armée" Rhin & Danube".
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean-Pierre Guilley
Modérateur
Modérateur


Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2009
Messages: 4 875
Localisation: Ville d'Avray
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
N° de brevet:: 202.539

MessagePosté le: Jeu 12 Mar 2015, 15:05    Sujet du message: Capitaine de corvette Roger Barberot. Répondre en citant


Roger Barberot
, né le 20 janvier 1915 à Cherbourg (Manche) et mort le 14 novembre 2002 à Clichy (Hauts-de-Seine),
est un militaire, homme politique et ambassadeur français.


Roger Barberot est né à Cherbourg, dans le Cotentin, le 20 janvier 1915. Il est le fils de Philippe Barberot, officier de marine, et de Jeanne Oligner, d'une famille de banquiers de Commentry, dans l'Allier.
Il est élève au collège Stanislas à Paris, de 1923 à 1927, au collège Saint Joseph puis au lycée de Toulon jusqu'en 1930. En octobre 1930, il revient au collège Stanislas en classe de 1re . Il y fait la rencontre de Maurice Bourgès-Maunoury et de Roger Frey. Il y prépare, sous l'insistance de son père, le concours de l'École navale auquel il échoue à plusieurs reprises avant de le réussir finalement au Lycée de Toulon en 1936.
Après son passage sur le Jeanne d'Arc, il échoue aux examens et passe en congé avec solde de réforme.

À la déclaration de guerre, son père qui commande le front de mer de Toulon, intervient pour qu'il soit mobilisé dans la marine8. Roger Barberot navigue sur le croiseur Tourville. Au moment de l'armistice il est à Alexandrie et rejoint un petit groupe qui refuse d'arrêter le combat avec André Patou et Honoré d'Estienne d'Orves. Il diffuse des tracts appelant à la poursuite des combats et est mis aux arrêts. Il s'évade le 5 juillet 1940.
Le 20 juillet, il est lieutenant dans le 1er bataillon d'infanterie de marine, engagé dans la 8e armée britannique. Il est engagé à Sidi-Barrani, Sollum, Bardia, Tobrouk, Benghazi, et El Agueila en Libye. Il est cité à l'ordre de l'armée et fait Compagnon de la Libération le 7 mars 1941.

Il est poursuivi par les tribunaux français du régime de Vichy pour désertion le 17 septembre 1940, condamné à 20 ans de détention par contumace le 13 novembre13, déchu de sa nationalité française le 23 mai 1941 et condamné à mort le 4 juin 1941.

En avril 1941, il rejoint la 13e demi-brigade de Légion étrangère en Érythrée. Chef de section de la 1re compagnie, il combat en Syrie, en Libye et en Tunisie. Il y rencontre pour la première fois Jacques Pâris de Bollardière, dont il deviendra par la suite un ami proche.
Le 10 juin 1942, il participe à l'exfiltration des Forces françaises libres à Bir Hakeim.
En octobre 1942, son groupe est engagé dans la diversion française d'El Alamein16, puis il quitte la Légion.

En juin 1943, il rejoint le 1er régiment de fusiliers marins que constitue Hubert Amyot d'Inville. Il se rend à Casablanca pour percevoir du matériel américain qui équipera l'unité, devenue unité de reconnaissance18. Il prend le commandant du 1er escadron en 1944 qui arrive à Naples le 25 avril. Le 5 mai, l'unité est engagée dans l'offensive du Garigliano.
Roger Barberot et son unité s'illustrent à San Andrea et parviennent à enfoncer les défenses allemandes.
Le général de Gaulle le décore de la Légion d'honneur le 18 mai 1944. C'est la première Légion d'honneur attribuée à titre individuel par le Gouvernement provisoire de la République française.

En août 1944, le 1er RFM débarque à Saint-Tropez.
Le 23 août, l'escadron de Barberot marche sur Toulon où la résistance s'oppose aux Allemands. Puis l'unité est engagée en pointe pour la remontée du Rhône et entre la première à Lyon le 3 septembre. Elle s'arrête devant la résistance allemande en Lorraine.
Le 27 septembre 1944, son escadron libère Clairegoutte, et fait 260 prisonniers. Le 6 octobre, il attaque et enlève Ronchamp. Le 8 octobre, il enlève la cote 820.
Le 20 novembre, il enlève Plancher-Bas, puis Rougegoutte le 22, Rougemont-le-Château le 27. En mars, elle est retirée du front Est sans entrer en Allemagne, et redéployée dans les Alpes où elle livre les derniers combats dans l'Authion.
À la fin du conflit, Barberot est l'officier de marine français le plus cité. Le 30 avril, l'ensemble de ses condamnations par Vichy est annulé.



_________________
Vaincre ou Mourir
Du Ciel au Combat
http://indochinefrancaise.xooit.com/portal.php


Visiter le site web du posteur

Auteur Message
Publicité




MessagePosté le: Jeu 12 Mar 2015, 15:05    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Auteur Message
Jean-Charles FOUQUET
Modérateur
Modérateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2009
Messages: 4 707
Localisation: PRADES
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 龍 Dragon
N° de brevet:: 215146

MessagePosté le: Jeu 12 Mar 2015, 15:15    Sujet du message: Capitaine de corvette Roger Barberot. Répondre en citant
Merci Jean-Pierre pour ce rappel de cette belle et grande figure de Marin.

Il ne faut pas oublier son passage en Algérie...


En juin 1956, Roger Barberot demande son rappel dans l'armée. Nommé colonel, il obtient le commandement d'une demi-brigade de l'armée de l'air, formée de réservistes rappelés.
La nouvelle unité débarque à Alger le 22 juillet 1956. Sous le commandement du général de Bollardière, Roger Barberot élabore une nouvelle stratégie autour du principe de la nomadisation.
Il s'agit de renforcer la proximité avec la population et de mettre en échec le FLN. Le 15 septembre sont créés les "Commandos Noirs ". Jean-Jacques Servan-Schreiber se retrouve mobilisé dans l'unité et se lie avec Barberot (il racontera son expérience dans Lieutenant en Algérie).
Roger Barberot se lie aussi avec le colonel Argoud, qui commande le 3e chasseur d'Afrique, limitrophe avec la demi-brigade. Toutefois, la démobilisation des premiers appelés menace l'expérience, Bollardière et Barberot s'opposent de plus en plus à d'autres éléments de l'armée et à certains Pieds-noirs.
La publication des articles de Servan-Schreiber, la prise de position de Bollardière contre la torture et sa mise aux arrêts entraînent la démission de Roger Barberot en avril 1957.
Il publie un témoignage : Malaventure en Algérie et reprend une activité politique. De sensibilité sociale, il rencontre Mendès-France en novembre 1957 afin de trouver un soutien au projet gaulliste.

_________________
Le courage ne se contrefait pas, c’est une vertu qui échappe à l’hypocrisie.
Napoléon Bonaparte

Légionnaire un jour,Légionnaire toujours.



Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:49    Sujet du message: Capitaine de corvette Roger Barberot.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Commandos et Parachutistes Index du Forum » Combattants de la 1ère Armée" Rhin & Danube".

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
Colosseum by Scott Stubblefield